« Back

Le lien entre le sens de l’humour et le rire

Est-il possible de rire sans raison ?

La plupart des gens croient que nous devons avoir le sens de l’humour pour rire, mais le Yoga du rire fait la preuve du contraire. Nous ne sommes pas nés avec un sens de l’humour, qui est la capacité de notre cerveau de percevoir, d’établir un lien et d’expérimenter une situation et de juger si celle-ci est drôle ou pas. Nous développons cette habileté au cours de notre enfance. Le sens de l’humour est un phénomène mental et intellectuel.

Le rire qui découle de l’humour est conditionnel. Il dépend de l’habileté intellectuelle, de l’état d’esprit et du niveau de bonheur et de satisfaction d’une personne. Mais on peut réussir à rire inconditionnellement. Les enfants arrivent à rire sans repère intellectuel et mental pour les aider à comprendre une situation avec humour. Leur rire est l’expression de leur joie et de leur espièglerie naturelle. Pour développer cette habileté à rire de bon cœur de nouveau, les adultes doivent enlever des couches d’inhibitions, des programmations et blocages mentaux, faits par nous-mêmes, par nos familles et par la société. Sous toutes ces couches et barrières se cache un potentiel infini de rire sans raison.

Apprendre à une personne remplie d’inhibitions à développer un sens de l’humour équivaut à essayer de déboucher un drain rempli de débris et d’ordures. Une fois le drain débouché, l’eau coule librement. De la même façon, les inhibitions mentales et la gêne sont comme les débris qui bloquent notre sens de l’humour. Le yoga du rire facilite ce procédé de « nettoyage ». Au fur et à mesure que les années de programmation sont nettoyées, le rire naturel et joyeux qui est à l’intérieur de nous est relâché et commence à jaillir.

La technique du yoga du rire est efficace même pour les gens qui ont cessé de rire ou qui n’ont absolument aucun sens de l’humour. Des gens disent souvent « Je suis déprimé, je ne peux pas rire » ou « Je n’ai pas envie de rire ». Nous leur disons « Ce n’est pas grave. Amenez simplement votre corps qui désire rire et nous vous ferons rire. »

Une fois qu’il commence à jaillir, le rire naturel est difficile à arrêter. Même dans un pays comme l’Inde où nous n’avons pas de tradition d’humour ou de comédie, des centaines de milliers de personnes rient chaque jour dans des parcs publics. Des gens qui ne souriaient pas auparavant rient maintenant facilement. Ils ont commencé à raconter des blagues et même à jouer des tours, quelque chose qu’ils n’avaient jamais l’habitude de faire avant. L’enjouement a permis de développer leur sens de l’humour et a amené plus de rires dans leur vie.

En fait, le rire et l’humour partagent un lien de cause à effet. Ils vont ensemble et ne peuvent être séparés. L’un conduit à l’autre. Parfois l’humour est la cause, phénomène mental et cognitif et alors l’effet est le rire, phénomène physique. Dans les Clubs de rire, le rire est la cause et l’effet est l’humour. J’ai remarqué que la plupart des gens ne pensent pas avoir le sens de l’humour. Il est plus facile pour eux de rire physiquement dans un groupe. C’est pourquoi les Clubs de rire deviennent aussi populaires. Alors, si vous n’avez pas le sens de l’humour, ne vous en faites pas. Joignez-vous à un Club de rire et vous verrez votre sens de l’humour se développer.

Le concept et la philosophie du yoga du rire

L’action créé l’émotion

La question la plus fréquente est « Comment peut-on rire si nous n’avons pas le cœur à le faire ou s’il n’y a rien de drôle ? ». La réponse est la théorie selon laquelle l’action entraîne l’émotion.

Il y a un grand lien entre le corps et l’esprit. Tout ce qui arrive à l’esprit se reflète sur le corps. Observez les personnes qui sont tristes ou déprimées, leurs corps sont aussi déprimés. Elles marchent et parlent lentement, leurs mouvements sont mous et sans énergie.

Le contraire est également vrai : tout ce qui arrive au corps se reflète sur l’esprit. Je me souviens de ce que mon père me disait, « Si tu es triste, ne reste pas assis à ne rien faire. Fais un travail physique, va marcher ou courir. Tu te sentiras mieux. » Et il avait raison. Je me sentais toujours mieux lorsque je m’activais. C’est la théorie selon laquelle l’action entraîne l’émotion.

Ceci établit un lien bidirectionnel entre le corps et l’esprit. Si une personne change la qualité de ses pensées, elle remarquera des changements dans son attitude physique. Inversement, une personne qui change son attitude physique changera également son état d’esprit. Le yoga du rire permet de synchroniser le corps et l’esprit, les maintenant dans une harmonie mutuelle.

Lien bidirectionnel entre le corps et l’esprit

Le psychologue William James a découvert en 1884 que l’état d’esprit, qu’il soit positif ou négatif, est reflété par une attitude physique correspondante ou « un comportement physique ». Dans sa recherche, il a constaté qu’à chaque émotion correspond une réaction physique. Il a découvert qu’en simulant physiquement une réaction émotionnelle, on déclenche les changements émotionnels équivalents. Le lien fonctionne dans les deux sens : du corps à l’esprit et de l’esprit au corps.

Considérez ces faits :

Les pensées sexuelles conduisent à l’excitation des organes sexuels et la stimulation des zones érogènes sur le corps déclenchent l’excitation sexuelle dans l’esprit.

Se comporter de manière triste ou déprimée (par exemple être assis dans une posture déprimée à se morfondre et avoir un ton de voix maussade et triste) amènera bien vite à se sentir triste réellement.

De nombreux acteurs de la scène ou du cinéma mentionnent avoir eu des répercussions dans leur vie personnelle et expérimenté une grande tristesse alors qu’ils devaient interpréter des rôles tragiques.

Dr Dale Anderson du Minnesota, raconte qu’une grande actrice américaine qui interprétait des rôles tragiques depuis tellement longtemps qu’elle s’est mise à avoir tous les signes physiques de la dépression. Après lui avoir fait passer une batterie de tests, son médecin l’a déclarée physiquement en santé, mais les psychologues lui ont suggéré de cesser de jouer des rôles dramatiques et de choisir plutôt des comédies. En suivant leurs conseils, elle a vu les symptômes et la dépression disparaître complètement.

Le même phénomène peut être observé chez les athlètes qui participent à des compétitions sportives. Physiquement ils se comportent bravement et avec courage, ils crient et font des gestes pour se mettre dans l’état d’esprit de remporter la victoire. Ceci réduit leur peur et leur anxiété. Les soldats utilisent des tactiques similaires lorsqu’ils se préparent à attaquer, ils crient souvent à tue-tête pour se préparer mentalement. Cette expression physique du courage créé l’émotion équivalente dans l’esprit.

Le yoga du rire - Le modèle de l’enfant

Savez-vous pourquoi les enfants rient de 300 à 400 fois par jour alors que les adultes rient à peine 10 à 15 fois ?

C’est parce que l’adulte utilise d’abord ses références mentales pour comprendre l’humour et ensuite rire. C’est en fait le modèle « priorité de l’intellect sur le corps » ou le modèle « humour ». Il dépend de l’habileté de comprendre ce qui est drôle et amusant. Par exemple, une personne rira d’une blague selon la qualité de la blague, la manière dont elle est racontée et également selon l’état d’esprit de l’auditeur.

Mais ce modèle est fort limité. On ne sait pas si une personne rira et si elle rira beaucoup ou peu. Il dépend du sens de l’humour, de l’état d’esprit et de la qualité du stimulus externe. Étant une expérience intellectuelle, il a le désavantage de diminuer en cas de déficience physique ou mentale qui réduit les fonctions cognitives et intellectuelles.

L’autre modèle est le modèle de l’enfant ou « priorité du corps sur l’intellect ». Si vous observez les enfants, vous verrez qu’ils rient beaucoup plus lorsqu’ils sont en train de jouer. Leur rire fuse de leur corps. Ils ne font aucunement appel à leurs capacités intellectuelles. Ceci démontre clairement que la source de leur rire est dans leur corps. Nous pouvons nous aussi procéder de cette façon. Ce qui distingue cette manière de faire est que la personne doit s’impliquer activement dans le rire et les activités humoristiques. Être passif ne procurera pas les mêmes bienfaits.

La différence entre le bonheur et la joie

Le yoga du rire fait une distinction entre le bonheur (félicité) et la joie (allégresse). Le bonheur est une réponse à des conditions préalables. Il dépend de l’accomplissement de certains désirs de l’esprit et est lié à des événements passés ou futurs, mais rarement du présent. Combien de temps vous êtes-vous senti heureux après l’obtention d’un diplôme, d’une voiture, d’un emploi ou d’une nouvelle maison pour lesquels vous avez tant travaillé ? Le fait est que, même si les conditions préalables sont remplies, le bonheur reste éphémère puisque, aussitôt après, surgissent sans cesse de nouvelles conditions à celui-ci. Les objectifs et le but à atteindre changent sans arrêt.

À l’inverse, la joie est l’engagement inconditionnel à être heureux dans le présent et à avoir du plaisir nonobstant les difficultés rencontrées sur sa route. La joie est facilement déclenchée par la pratique d’activités agréables comme rire, danser, chanter et jouer. Il s’agit d’un phénomène purement physique alors que le bonheur est un concept du mental.

Lorsque vous êtes joyeux, vous expérimentez de nombreuses modifications physiologiques et biochimiques. Générer de bonnes sensations et un sentiment de bien-être change votre perception de la vie. Le Yoga du rire nous permet d’apprendre à être joyeux et nous aide à mieux orienter notre bonheur.

Faites semblant jusqu’à ce que ce soit vrai

Un vieux diction nous dit que « si vous n’êtes pas heureux, agissez comme une personne heureuse et vous le deviendrez aussi ». Une grande sagesse se cache derrière le principe de « l’action heureuse ». La recherche médicale a laissé assez de preuves pour démontrer que même si vous simulez le rire ou la joie, votre corps produit les substances chimiques du bonheur. Selon les principes de la programmation neurolinguistique (PNL), il y a bien peu de différence entre penser à faire quelque chose et le faire vraiment.

Par conséquent, quelle que soit la source du rire, elle mène aux mêmes changements physiologiques dans notre corps. De nombreux acteurs à travers le monde ont fait l’expérience des émotions simulées. Bien souvent, ils tombaient malades après avoir joué un rôle où ils devaient être tristes ou déprimés. Ceci démontre clairement que si simuler la tristesse peut rendre malade, alors simuler la joie peut nous rendre en bonne santé.

Différence entre être drôle et avoir du plaisir

Si vous observez objectivement un Club de rire et que vous voyez des gens rire sans raison apparente, vous pouvez penser que ça semble complètement fou ou que c’est embarrassant. La plupart des gens sont un peu intimidés ou même gênés de rire sans raison. Ils préfèreraient rire naturellement plutôt que de se forcer à le faire.

Subjectivement, si vous posez la question à un membre de Club de rire, ils vous répondront qu’ils sont complètement conquis et qu’il n’y a rien de drôle là-dedans. La question est vraiment d’avoir du plaisir. La différence entre être drôle et avoir du plaisir est que lorsqu’une personne est drôle ou se comporte de manière à l’être, elle joue un rôle et fait le pitre pour faire rire les autres. D’un autre côté, dans les Clubs de rire, les personnes ne font pas rire les autres, elles se font rire elles-mêmes.

Bien peu de personnes ont le talent d’être comédien et de faire rire les gens. À l’opposé, ce que nous faisons au cours d’une séance de Yoga du rire est de jouer comme des enfants et de cultiver une attitude espiègle, ce qui est plus facile lorsqu’on le fait en groupe. Dans ce contexte, rire a bien plus à voir avec le fait de retrouver son cœur d’enfant qu’avec le geste physique du rire. Ce faisant, nous pouvons alors jouer en tant qu’adulte. Une fois que vous avez réappris à être espiègle, le rire devient une conséquence naturelle du jeu. Vous n’avez plus besoin de « forcer votre rire ».

Programmer son corps à rire

Savez-vous que vous pouvez apprendre à rire ?

Notre corps et notre esprit peuvent être entraînés pour rire à volonté. C’est un peu comme apprendre à faire de la bicyclette, le muscle se souvient. Une fois que vous l’avez appris, vous n’oubliez jamais.

La répétition est la mère du savoir-faire. En répétant un comportement physique pendant une certaine période de temps, l’esprit commence à générer des réponses prévisibles. Le corps apprend à produire un réflexe sans avoir impliqué le cerveau rationnel ou le processus de la pensée. On appelle ceci le conditionnement.

L’exemple le plus classique est sans aucun doute celui du célèbre scientifique russe Pavlov qui a tenté une expérience sur des chiens. Chaque fois qu’il donnait de la nourriture aux chiens, il faisait sonner une cloche. Après plusieurs jours à faire le même processus, il cessa de donner la nourriture, mais continua à faire sonner la cloche. Il a pu constater que le son de la cloche, même en l’absence de nourriture, augmentait la sécrétion de salive dans la bouche et de jus gastrique dans l’estomac des chiens. Le corps des animaux avait développé une association entre le son de cloche - expérience physique sensorielle - et la nourriture.

Le cerveau humain peut lui aussi être conditionné. Par des exercices faits à répétition, le corps commence à réagir par réflexe avant que le cerveau ne commence à penser et à rationaliser. Tout au long de nos vies, nous sommes conditionnés de manière positive autant que négative.

Avec le temps, les membres des Clubs de rire se conditionnent à être joyeux à travers l’expérimentation de l’exercice physique du yoga du rire. Taper dans les mains en cadence, scander « ho ho ha ha » à l’unisson et répéter des affirmations positives comme « C’est super, c’est super, oui ! », sont quelques exemples des expressions de joie qui sont pratiquées dans les Clubs de rire.

Le cerveau en vient à développer de nouvelles connexions des neurones, qui produisent des réactions chimiques heureuses dans le corps. Ces réactions peuvent être déclenchées simplement en pratiquant des exercices de rire. Peu importe, rien qu’en faisant certaines actions physiques, l’esprit expérimente l’émotion de la joie.

  • Hits: 1228
Bookmark and Share